LPDJ

Penser est une activité de tous les jours.

ane pense cochonne_v1

Signez la pétition de buvette. Merci

Même les ânes Pensent, mais hélas trop souvent … cochonne:

Prendre la Parole ce n’est pas pour tout le monde.

En général ce sont les cochons qui le font et à haute voix:

cochon qui parle

(vous pouvez choisir entre le film ou le livre, pour comprendre notre monde d’aujourd’hui dans 1h11m)

Comme les Paroles ici:


Le flux RSS est ici > http://blip.fm/feed/lddf. Ceci garde votre boîte aux lettres vide et vous économisez l’énergie dans les piles de votre vibrator personnelle :-)

Abonnez ou désabonnez vous à volonté : C’est automatique et anonyme !

Pour commenter c’est encore plus simple : Cliquez sur log in pour vous connecter et sur comment pour commenter le blip.
L’ensemble fonctionne après votre inscription (appelé sign in).

Vous pouvez aussi commenter ici (ou en bas des commentaires), mais la modération est ultra sensible et votre publique sera réduite à seulement 7% :-)
L’inscription est décrit ici

14 commentaires sur “LPDJ

  1. lpdjlpdj

     Est-ce ainsi .. que les hommes vivent

    Tout est affaire de décor
    Changer de lit changer de corps
    À quoi bon puisque c’est encore
    Moi qui moi-même me trahis
    Moi qui me traîne et m’éparpille
    Et mon ombre se déshabille
    Dans les bras semblables des filles
    Où j’ai cru trouver un pays.
    Cœur léger cœur changeant cœur lourd
    Le temps de rêver est bien court
    Que faut-il faire de mes nuits
    Que faut-il faire de mes jours
    Je n’avais amour ni demeure
    Nulle part où je vive ou meure
    Je passais comme la rumeur
    Je m’endormais comme le bruit.
    C’était un temps déraisonnable
    On avait mis les morts à table
    On faisait des châteaux de sable
    On prenait les loups pour des chiens
    Tout changeait de pôle et d’épaule
    La pièce était-elle ou non drôle
    Moi si j’y tenais mal mon rôle
    C’était de n’y comprendre rien

    [pause musicale no 1]

    Est-ce ainsi que les hommes vivent
    Et leurs baisers au loin les suivent

    Dans le quartier Hohenzollern
    Entre La Sarre et les casernes
    Comme les fleurs de la luzerne
    Fleurissaient les seins de Lola
    Elle avait un cœur d’hirondelle
    Sur le canapé du bordel
    Je venais m’allonger près d’elle
    Dans les hoquets du pianola.
    Le ciel était gris de nuages
    Il y volait des oies sauvages
    Qui criaient la mort au passage
    Au-dessus des maisons des quais
    Je les voyais par la fenêtre
    Leur chant triste entrait dans mon être
    Et je croyais y reconnaître
    Du Rainer Maria Rilke.

    [pour qui a soif: pause musicale part 2]

    Est-ce ainsi que les hommes vivent
    Et leurs baisers au loin les suivent.

    Elle était brune elle était blanche
    Ses cheveux tombaient sur ses hanches
    Et la semaine et le dimanche
    Elle ouvrait à tous ses bras nus
    Elle avait des yeux de faÏence
    Elle travaillait avec vaillance
    Pour un artilleur de Mayence
    Qui n’en est jamais revenu.
    Il est d’autres soldats en ville
    Et la nuit montent les civils
    Remets du rimmel à tes cils
    Lola qui t’en iras bientôt
    Encore un verre de liqueur
    Ce fut en avril à cinq heures
    Au petit jour que dans ton cœur
    Un dragon plongea son couteau

    [dernière pause avant l’acte]

    Est-ce ainsi que les hommes vivent
    Et leurs baisers au loin les suivent

    Louis Aragon,

    Le Roman inachevé

    Répondre
  2. lpdjlpdj

    Se révolter si nécessaire

     » Telle est notre histoire.
    Chaque fois qu’un progrès a eu lieu,
    c’est parce que les gens se sont comportés comme des citoyens, et non comme des politiciens.
    Ils ne se sont pas contentés de râler.
    Ils ont travaillé, ils ont agi, ils se sont organisés
    et se sont révoltés si nécessaire.  »

    Howard Zinn
    Textes et discours 1952-2010
    Agone

    bonus pour ceux qui préferent de lire à haute voix

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>